SIMCA PICNIC

Road movie musical et poétique. Spectacle fixe. Durée 50 mn. Tout public à partir de 8 ans. Jauge public : jusque 60 spectateurs.

Au début, il y a juste la petite foule du public qui attend et la vieille SIMCA, qui rappelle forcément des souvenirs à tout le monde.

Et puis ils arrivent. Deux personnages improbables qui se mêlent au public avant d’inspecter le véhicule et d’en prendre possession.

Et le voyage commence. Et comme dans tout voyage, il y a des cartes routières, des souvenirs de voyage, des destinations incertaines, des directions à prendre, des choix à faire, des pauses casse-croûte, des bagages de voyage, ceux que l’on voit et qui nous encombrent et ceux qui sont invisibles (et qui nous encombrent aussi parfois).

Et les horizons. Qui se cachent parfois là où on ne les attend pas.

C’est comme un voyage, donc. Un voyage (presque)immobile dans les souvenirs des deux protagonistes et dans les nôtres. Avec une SIMCA 1300 qui nous ouvre la voie, à la recherche des traces de ce qu’il y avait avant..

A l’intérieur d'un cercle, à quelques pas seulement d’une vieille Simca 1300, qui semble avoir été laissée là depuis une éternité, une soixantaine de spectateurs ont pris place, assis sur des pliants.
Les deux personnages et protagonistes de l’histoire peuvent arriver et s’approprier le véhicule. Un véhicule qui va dés lors, au fil des étapes du spectacle, tourner autour des spectateurs. Chaque arrêt est l’occasion d’une nouvelle séquence et chacun des voyages entre ces différentes étapes est propice à la rêverie.
En musique et en voix, on voyage dans une douce nostalgie à la recherche des traces du passé. On rit aussi pas mal, de ces deux personnages drôlement mal assortis, sujets aux querelles incessantes, pris dans leurs maladresses et leurs rêveries mélancoliques.
Portés par la musique et un beau texte de Thomas Suel, on se prend à partir en voyage avec eux et à se laisser emmener…

sceno theorie


La Théorie des horizons, création 2024. Avec Guillaume Leclercq et Jean-Christophe Viseux. Mise en scène : Les mêmes et Céline Dupuis. Ecriture : Thomas Suel. Musiques : Guillaume Leclercq. Régie mécanique : Etienne Pichereau.

horizons 4

Premières représentations : Vendredi 12 avril à 18h à la Makina à  Hellemmes (59), Sortie de résidence, première représentation/ Jeudi 18 avril  à 18h30 à Hellemmes (59), lieu à préciser / Dimanche 02 juin au Festival Les douchynoiseries à Douchy-les-Mines (59), option / Festival international de théâtre de rue d’Aurillac (15), du 14 au 17 août 2024 / Samedi 21 septembre à la Ferme d’en Haut, fabrique culturelle à Villeneuve d’Ascq (59) / Dimanche 22 septembre à la Fête du Moulin à Achicourt (62)…

 

horizons 5
 
 

La Théorie des horizons est l’un des trois spectacles du projet S.I.M.C.A, comme "Suite d’incongrus mécaniques à caractère artistique".

 

 

GABARIT IMAG ET MACARON transp

photo C.Beaussaert Chopineau

Photo Christophe Beaussart

Psychanalyse collective pour chauffards de toute sorte. Spectacle de rue en fixe, Tout public à partir de 8 ans.

 Et pour voir le teaser du spectacle, c'est ici...  https://www.youtube.com/watch?v=9rL4YCvFyGY&t=18s&ab_channel=lavachebleue 

 

Et voilà le public convoqué pour une séance d’essai – entièrement gratuite - de rattrapage de points du permis de conduire. Car les deux membres de l’Association des amis d’Edouard Chopineau en sont convaincus, le grand fléau de nos sociétés modernes, ce sont avant tout les mauvaises pratiques des conducteurs automobiles. Et le non respect du Code de la route, qui nous emmène bien plus loin que la simple conduite automobile… Car, comme le disait si justement Edouard Chopineau, « mal conduire n’est-ce pas mal se conduire ? ».

Et c’est autour de la SIMCA 1300 du défunt médecin que nos deux spécialistes entraînent les membres du public, devenus stagiaires d’une seule séance, à la découverte de la « méthode Chopineau ».

Tour à tour suaves et complices ou despotiques et tyranniques avec leur public, S’enchaînent alors petits exercices collectifs chorégraphiés, temps de détente faussement conviviaux et cours magistraux à l’intention de stagiaires emmenés tambour battant dans le drôle d’univers de la Méthode Chopineau… Sans oublier, pour quelques élus, l’immense honneur de pouvoir pénétrer à l’intérieur de la SIMCA du docteur Chopineau pour une des séances très introspectives…

Bref, l’occasion d’une véritable psychanalyse collective (pour rire) et d’une exploration absurde et décalée des sens cachés du Code de la route , avant que la situation n’échappe (presque) complètement aux deux disciples du fameux Docteur Chopineau avec un final potentiellement explosif… 

Complètement immergé dans un périmètre circulaire tout autour du véhicule, et qui va, au fil du spectacle se hérisser de panneaux de la signalisation routière, les 50 spectateurs devenus stagiaires prennent part activement au spectacle et sont constamment sollicités par deux intervenants débordants de sollicitude qui partagent avec eux leur enthousiasme… A l’extérieur du périmètre un second cercle de spectateurs peut prendre place et assister avec délice aux petits tracas et péripéties vécues par nos fameux stagiaires…

 

 

 
 
chopineau 2
 
La Méthode Chopineau. Spectacle de rue en fixe tout public à partir de 8 ans. Jauge public : 50 personnes à l'intérieur du périmêtre. Equipe artistique ; 2 comédiens, 1 régisseur. 

 

De et avec Nicolas Madrecki et Jean-Christophe Viseux.
Scénographie intérieure et extérieure : JC Viseux et Etienne Pichereau.
Regard complice : Marie-Pierre Feringue.
 
 

Prochaines représentations : Vendredi 19 avril à 20h15 à la Fête de printemps de Métalu à Hellemmes (59260) / Samedi 27 avril à Gravelines (59), week-end des villes fortifiées) / Jeudi 09 mai à Dunkerque (59) / Dimanche 02 juin au Festival Les douchyniseries à Douchy-les-Mines (Option) / Festival international de théâtre de rue d’Aurillac, du 14 au 17 août 2024 / Vendredi 20 septembre à la Ferme d’en Haut, fabrique culturelle à Villeneuve d’Ascq (59).

chopineau 3
chopineau 4
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Méthode Chopineau est le second des trois spectacles du projet S.I.M.C.A, comme Suite d’incongrus mécaniques à caractère artistique.

 

 

GABARIT IMAG ET MACARON transp

 

 

 

 

 

BANDO HALV PHOTO 1 

Digressions pour une vieille voiture. Théâtre de rue, objets et Récit. Spectacle tout public à partir de 8 ans.

 

BD Homme la voiture photo Marie PreteSur un parking, à côté d’une vieille voiture, un homme affable et bavard vous attend : c’est lui qui a posté la petite annonce pour vous vendre la Simca 1300 de vos rêves. Mais il est venu aussi avec tous ses souvenirs. Et avant de finaliser la transaction, il faudra l’écouter...

 

De vieux objets, des bibelots et une vieille voiture sont le prétexte à une plongée dans l’histoire d’une vie. De parenthèses en digressions, un homme se raconte et se dévoile peu à peu dans un récit tout à tour drôle et poignant. Un spectacle pour évoquer de vieux souvenirs enfouis, des fêlures d’enfance et l’histoire d’une disparition...

 

Spectacle fixe pour la rue. 1 comédien. Durée 40 mn environ. Jauge public : jusque 60 spectateurs. Tout public à partir de 8 ans. Deux représentations possibles dans une même journée ou demi-journée.

Qu’est-ce qui nous pousse à raconter notre histoire ? L’histoire de notre vie...Un détail ? Un accident ? L’écoute attentive de ceux à qui nous nous adressons ? Ou bien l'envie subite de se délivrer d’un fardeau devenu trop encombrant et qui nous pousse à le partager ?

C’est le thème central de « l’homme à la voiture », un spectacle où la vente d’une voiture de collection est le prétexte au monologue d’un quadragénaire, visiblement bien décidé à livrer au public son histoire, avec malice et humour, mais aussi avec ses côtés sombres et ses petits secrets.

Ici, le public est convoqué comme si il venait répondre à une annonce du bon coin ou d’un site de petites annonces. On fera d’abord le tour du véhicule, mais avant de passer à la transaction, il faudra écouter le propriétaire de la SIMCA parler de celle-ci et tenter de vendre les quelques objets qu’elle contient. Des objets qui réveillent bien des souvenirs …

Sur un ton d’abord badin et enjoué, avec toute la verve du bonimenteur de marché, il nous parle des objets qu'il a apporté et, de digression en digression, c’est toute sa vie qui se déroule progressivement, une vie avec ses déchirures et ses blessures intimes.

 BANDO HALV PHOTO 2

 

 

L’homme à la Voiture. Un spectacle de la compagnie La Vache bleue, avec Loran Casalta. Texte et mise en scène : Jean-Christophe Viseux. Direction d’acteur et regard extérieur : Céline Dupuis. Remerciements : La Ferme d’en haut à Villeneuve d’Ascq, le Théâtre de la Verrière à Lille, le Centre des Arts de la Rue à Ath (Belgique) et Métalu à Hellemmes (59).

  

Prochaines représentations : Mercredi 17 avril à 18h30 Square Martha Desrumeaux à Hellemmes (59), angle rue Faidherbe et rue de l’Abbé Six / Samedi 20 avril à la fête de printemps de Métalu à Hellemmes  (59) / Dimanche 21 avril au Musée des arts et traditions populaires de Wattrelos (59) / Samedi 27 avril à Gravelines (Week-end des villes fortifiées) / Jeudi 09 mai à Dunkerque (59) / Dimanche 02 juin au Festival Les douchyniseries à Douchy-les-Mines (59), option) / Festival international de théâtre de rue d’Aurillac, du 14 au 17 août 2024 / Dimanche 1er septembre au Festival Le Chahut vert à Hornoy le Bourg (80) / Samedi 21 septembre à la Ferme d’en Haut, fabrique culturelle à Villeneuve d’Ascq (59).

 BANDO HALV PHOTO 3

 

La Méthode Chopineau est le premier des trois spectacles du projet S.I.M.C.A, comme Suite d’incongrus mécaniques à caractère artistique.

 

 

 

GABARIT IMAG ET MACARON transp 

 mapie

Polar dans la ville pour cinq comédiens, deux musiciens et une SIMCA 1300.

CREATION 2022.  Périple dans la ville pour 150 spectateurs. Durée 1 heure. 

 

 

C'est une visite de la ville pas comme les autres.

Comme si vous ne la connaissiez pas.

Comme une sorte de terre inconnue, à découvrir. A redécouvrir.

Une errance urbaine, une promenade guidée à la découverte d’une ville étrangère, tout à tour mystérieuse, sensuelle, triste ou inquiétante.

Une visite parsemée de signes, de moments insolites, de poésie urbaine, avec des personnages décalés dans un décor qui est le votre…

Celui de la ville dont on découvrirait enfin révélés les sous-titres silencieux et des détails rendus jusqu’alors insoupçonnables parce que presqu’invisibles à l’œil nu.

Une ville qui dévoile des rites secrets, des processions inavouables, des moments mystérieux…

 

Tv retro ancienne perspectiveLe Teaser du spectacle est visible ici : https://www.youtube.com/watch?v=Eo1ulk4HbM4&ab_channel=lavachebleue

 

« D’abord vous dire tout notre plaisir, celui de l’équipe de l’Office de tourisme qui vous accueille aujourd’hui pour une visite particulièrement hors-norme...

Et ceci près de chez vous !

Dans votre ville, dans votre quartier, dans votre rue, tellement banale tellement monotone, tellement morne, tellement triste.

Tous les matins, tous les soirs vous passez ici, vous passez, vous repassez, tous les matins tous les soirs, il se passe et se repasse exactement la même chose.

Tout est écrit, et tout se passe comme si tout avait été écrit…

Invariablement, la même réalité terne et monotone…

Alors ce soir, on efface tout ça, et on change tout ! »

 Extrait de "En territoire inconnu"

 

fingers

LES TROIS GUIDES

 L’HISTOIRE.

 

Pour l’Office de tourisme municipal, cette année est à placer sous le signe de l’innovation… Afin d’attirer un public toujours plus nombreux et friand d’histoires pittoresques, le service a délégué ses meilleurs éléments, ses guides les plus sympathiques et les plus brillants pour imaginer dans la ville trois circuits différents sur les traces véridiques, forcément véridiques de trois histoires distinctes de personnages ayant manifestement existé…

Il y a le circuit « Mystères de la Ville », sur les traces de la ville mystérieuse, il y a « Romance et Passion » pour les amateurs d’histoires sentimentales, et le circuit «Suspens et tragédie», récit d’un tragique fait divers...

Trois circuits différents, trois histoires différentes dans la même ville qui ne doivent normalement pas se croiser, distincts les uns des autres, avec chacun leurs témoins surprises, leur déroulements propres.

Et pourtant, au fil de chaque visite, des indices, des signes se dévoilent et nous donnent à comprendre un seul et grand récit qui se dévoile, avec trois manières différentes de l’appréhender, trois points de vue différents, avant les retrouvailles des trois groupes et le grand dénouement : une sorte de puzzle, qui se mettrait en place, avec le concours des spectateurs…

 

 

LE RECIT.

 

Il prend pour sujet un fait divers qui se serait passé sur les lieux-mêmes des circuits de visite, une quarantaine d’année plus tôt, à la fin des années 70. Un fait divers, décortiqué selon trois angles de vue différents, avec des protagonistes différents (et qui ont tous joué un rôle dans le déroulement de celui-ci) dont la propre histoire est ici racontée et prend appui sur le décor urbain. Tantôt drôle, inquiétant ou absurde, chaque histoire participe à la construction d’une intrigue qui emprunte aux codes du polar, du fantastique ou d’une écriture dans le style de la littérature à l’eau de rose.

Mais au fur et à mesure du spectacle, l’intrigue se densifie et se nourrit des histoires des autres circuits de visite, comme une succession de concours de circonstances jusqu’au dénouement explosif du récit.

C’est aussi, en trame de fond, toute une époque révolue qui est évoquée : la fin des années 70, la société de consommation triomphante, les prémisses de la crise à venir, un certain enthousiasme naïf et l’ambiance des films noirs de l’époque…

 

final photo

 

Avec «En territoire inconnu», nous poursuivons notre travail sur la ville, sur le décor urbain, mis au service d’histoires singulières. Pour cela, c’est l’environnement urbain qui devient la trace, le signe, le décor, la preuve tangible du récit qui est en cours. Et chaque parcours décline une lecture différente de la ville.

Chaque groupe, après un point de rendez-vous commun, au cours duquel les groupes de spectateurs sont arbitrairement formés suivant un rituel lui aussi complètement arbitraire, se sépare pour partir sur les traces de leur histoire.  Dés lors les groupes vont se croiser, avoir l’occasion à plusieurs reprises de se jauger, de se juger et prendre aussi leur part dans l’histoire en cours.

Complexifiant encore les circuits de visite, deux personnages, en apparence extérieurs au spectacle viennent densifier la dramaturgie en apportant leur point de vue. Peu à peu, les spectateurs comprennent qu’ils sont des acteurs eux-mêmes de l’histoire - comme des fantômes de l’histoire qui leur est racontée - qui viennent s’immiscer dans les circuits de visite.

Deux musiciens interviennent également et successivement dans chacune des histoires… Ponctuant l’intrigue, participant à la construction d’ambiances sonores et musicales, ils contribuent à part entière à donner une couleur très particulière au récit en cours et notamment pour la scène finale ou les trois groupes se rejoignent de se retrouver. La création musicale du spectacle est très inspirée par la musique de la fin des années 70.

Notre ambition sur ce spectacle est double : provoquer un regard différent sur la ville et organiser des circulations aléatoires de groupe, des errances collectives dans la ville. En ce sens le spectacle le spectacle est aussi une redécouverte de la ville, naviguant entre humour et poésie, entre le rêve et l’absurde…

 

2 PHOTOS ETI copier 

Mise en œuvre :

Le spectacle se joue en soirée à la nuit tombante.

Il nécessite un décor plutôt urbain, en tout cas quelques rues avec des habitations.

Chaque circuit de visite évolue en empruntant des trajets différents. Les trois groupes déambulent durant cinquante minutes environ.

Les trois groupes se retrouvent sur une petite place (où peuvent prendre place 150 personnes environ). Sur cette place, nécessité d’un branchement électrique pour la musique (branchement de type classique).

Chaque représentation dans un nouveau lieu nécessite une réécriture partielle, même si la structure du spectacle reste la même.

3 photos parcours

 

En territoire inconnu.

Un spectacle de la cie La Vache bleue - Coproduction : Le Boulon, Centre national des arts de la rue et de l'espace public à Viseux-Condé (59). Avec le soutien de la Ferme d'en Haut, fabrique culturelle à Villeneuve d'Ascq (59), des Villes d'Hellemmes (59) et Wambrechies (59), de l'association interculturelle Le Fil et la Guinde (59).

Avec Florence Bisiaux, Marie-Pierre Feringue, Marie Prete, Loran Casalta, Guillaume Leclercq, Nicolas Madrecki et Laurent Mollat. Création musicale : Guillaume Leclercq et Laurent Mollat. Texte et mise en scène : Jean-Christophe Viseux. Régisseur mécano : Etienne Pichereau.

 

Photos : Caroline Vambelle et Cie La Vache bleue

 BANDO LA RECONSTITUTION

 Reconstitution historique de poche.

CREATION 2018. Spectacle déambulatoire et fortement participatif. Durée: de 30 mn à 1 heure.

 

Résonnez trompettes ! Sortez les flambeaux ! Invoquez les fantômes des moments forts et des épisodes glorieux d’autrefois…

Comme par magie, sous la houlette du Service des reconstitutions historiques de poche, vous voilà au cœur de l’Histoire, plongés dans les tourments et la grandeur d’épisodes historiques des temps anciens, et tout cela avec un poil de musique, la puissance de la parole et… La participation du public !

Le Service des reconstitutions historiques de poche, composé de deux guides ultra-expérimentés mais quelque peu décalés et de deux musiciens talentueux mais parfois distraits et indisciplinés, se propose de faire vivre, ou plutôt de faire revivre, dans les lieux où ils se sont déroulés, quelques épisodes historiques célèbres ou plus méconnus et de faire sentir sur la nuque des spectateurs le souffle de l’Histoire avec un grand H…

Il se propose également de faire du public les acteurs des épisodes drôle ou tragique, dérisoire ou grandiose qui est en train de se rejouer, avec son lot d’évènement …

On pourra y retrouver, en fonction de l’Histoire locale et des lieux visités, une arrivée du monarque et de sa cour, des danses traditionnelles locales, la pose de la première pierre des fortifications locales, la reconstitution de l’assassinat d’un personnage célèbre ou d’une terrible bataille, le tout en musique…

 Avec « la reconstitution », toute dernière création in situ pour la rue, la cie La Vache bleue imagine un spectacle déambulatoire qui puise son inspiration dans l’histoire des lieux visités. Une promenade –en musique- qui s’échappe du quotidien pour naviguer entre le vrai et le faux, entre le vraisemblable et le véridique, pour amener le public à se questionner sur le regard que nous pouvons avoir sur l’histoire d’un lieu…

 

Petit mode d'emploi…

Ce qu’est la « reconstitution » :

Une promenade décalée où l’on va prendre des libertés avec l’histoire réelle des lieux, en jouant sur les clichés des reconstituions historiques, avec drôlerie mais aussi avec délicatesse. Comme une  reconstitution historique qui se bricolerait et qui s’improviserait avec le public …

Un spectacle participatif, au sens où les comédiens n’ont de cesse, durant le spectacle de solliciter le public.

Un spectacle qui prend appui sur les lieux visités par la déambulation (Et déterminés d’un commun accord entre l’organisateur et l’équipe artistique).

Ce que n’est pas la « reconstitution » :

Une reconstitution historique au sens propre du terme (Pas de travail spécifique donc en amont avec des bénévoles, puisque ce seront les spectateurs eux-mêmes qui seront sollicités durant le spectacle. Pas de costumes d’époques mais plutôt un appel à l’imaginaire de chacun des spectateurs…).

Un son et lumière avec effets spéciaux (Même si les représentations du spectacle à la nuit tombée sont un petit plus pour entrer dans une certaine magie des lieux)…

Un travail préparatoire de repérage et d’écriture est toutefois indispensable pour l’équipe afin de préparer le spectacle… Un travail qui nous amènera tout à la fois :

à appréhender l’histoire générale des lieux (documentation à fournir par l’organisateur, éventuellement rencontre avec un historien ou un club d’histoire locale…)  sur une période historique très large afin de nous permettre d’élaborer les différentes séquences du spectacle.

à construire, à partir d’un périmètre déterminé par l’organisateur, la trame, le déroulé et le circuit des spectateurs accompagnés par les artistes.

Une fois tous ces éléments déterminés, l’équipe artistique travaille en autonomie à la création du spectacle.

 

 

Equipe artistique : 2 comédiens, 2 musiciens. Durée : De 30 mn à 1 heure 15 environ. Spectacle déambulatoire, composé de 3 à 6 stations, en fonction des lieux.

Nombre de représentations, jauge public : deux ou trois fois par jour pour un public de 70 personnes environ maximum par représentation.

photo 1 site internet ambassade

Photo : Christophe Kwiatkowski 

Royale déambulation diplomatique.

Spectacle de rue déambulatoire. Durée : 70 mn environ. Tout public à partir de 7 ans. Jauge : 200 spectateurs.

Tv retro ancienne perspective Le teaser du spectacle, c'est ici : https://vimeo.com/245746945

 

C’est jour de fête aujourd’hui. La ville, le quartier, la rue accueillent la délégation officielle du Royaume de Polystirènie avec à sa tête – ce qui n’est pas un mince honneur – son altesse sérénissime Hortensia XXI.

Accompagnée d'un aréopage de personnalités officielles et par son orchestre royal elle vient célébrer le très officiel rapprochement entre les deux territoires, faisant fi des méfiances et des préjugés…

Alors aujourd'hui, on célébrera l'arrivée des illustres voyageurs venus de loin, et pour l'occasion une visite s'impose... Une petite promenade pour découvrir les surprenantes coutumes de ce peuple si attachant, mais aussi de redécouvrir notre quotidien, grâce au regard décalé de ces lointains et sympathiques visiteurs.

L’ambassade, c’est un spectacle qui raconte l’arrivée dans la ville de la délégation officielle d’un pays méconnu et étonnant : le Royaume de Polystirénie, une île flottante qui dérive au gré des courants et dont on avait perdu le contact depuis des décennies.

photo 3 site internet ambassade

Photos : Ville de Villeneuve d'Ascq.

 

C’est une délégation très officielle, composée de la reine de Polystirénie en personne, accompagnée de représentants officiels et de l’orchestre royal de Polystirénie, et qui se propose, au cours d’une petite promenade déambulatoire (dans une rue, un parc, un quartier…) de découvrir le territoire avec un regard différent et décalé, celui de personnes qui ne sont plus en contact avec la civilisation depuis des décennies….

Mais le spectacle c’est aussi l’occasion de découvrir les étonnants us et coutumes en vigueur sur l’île de Polystirènie et notamment ses traditions festives où la musique, le chant (et même la danse) prennent bien évidemment une place importante…

Né de la collaboration entre deux compagnies de théâtre de rue lilloises – La compagnie La Vache bleue et la Roulotte ruche - le spectacle met en jeu 4 comédiens et 4 musiciens pour un spectacle très interactif, entre visite guidée décalée et fanfare festive…

L’ambassade se décline comme une double approche de la thématique de l’altérité : d’un côté, en interrogeant la figure de l’autre, de l’étranger, au travers de ce peuple imaginaire que sont les polystiréniens, de l’autre en questionnant notre propre identité, supposée et subjective, et ce qui la constitue...

 

Durée d'une représentation : 1 heure 10 minutes environ. Equipe artistique en tournée : 8 artistes. Spectacle déambulatoire avec 4 ou 5 stations. Repérage en amont nécessaire pour déterminer le parcours et pour la ré-écriture in situ de certains passages du spectacle. Spectacle autonome au niveau technique.

 

En amont de la représentation su spectacle, il est possible d'imaginer une résidence artistique de territoire  (voir "Le polystirama", ici : http://www.vache-bleue.org/petites-formes/le-polystirama.html)

 

L’ambassade. Une création de la compagnie La Vache bleue et de la Roulotte ruche. Avec le soutien de la Ville d’Hellemmes, de la Ville de Lille, de la ville de Douchy-les-Mines. Avec Fanny Duroisin, Jean-Christophe Viseux, Loran Casalta, Guillaume Leclercq, Nicolas Madrecki, Damien Lourme, Hoël Rouvillois, Mickaël Knockaert, Axel Brame. Mise en scène : Jean-Christophe Viseux. Costumes : Vaïssa Favereau et Gabriela Marongiu. Accessoires : Amaury Roussel. Création 2017.

Précédentes représentations : Festival les Douchynoiseries à Douchy-les-Mines (59) / Ville de Villeneuve d'Ascq (59) / Journées du patrimoine, Ville de Wambrechies (59) / Ville d'Hellemmes (59) / Cloture des Scènes plurielles à Flines les Mortagne (59) / Ville de Lambersart (59) / Ville d'Arras (62) / Scènes mitoyennes à Caudry (59) / Festival Pirouésie à Pirou (50) / Journées du patrimoine à Saint André (59) / Ouverture saison culturelle de la Salle Allende à Mons en Baroeul (59) / "Royal Barouf" à la gare Saint Sauveur à Lille / Ville de Ronchin, dans le cadre de "Eldorado-Lille 3000" / Journées du patrimoine au 9-9 bis à Oignies / Programmation Forum des sciences à Villeneuve d'Ascq ...

 

 photo 4 site internet ambassade

 Photo : Christophe Kwiatkowski

 

 

 

Extraits de la Petite histoire illustrée de la Polystirènie (Archives royales de Polystirènie) :

GAB PROV SITE

GAB PROV SITE2

GAB PROV SITE3

 

 

 

BANDO BUREAU

Criée jubilatoire d'intérêt public

Interventions pour évènements dans l'espace public. Durée : 2 heures de collectage + la grande criée (30 à 40 mn). environ.

Tv retro ancienne perspectiveVidéo : reportage France 3 côte d’opale, c’est par ici  https://www.youtube.com/watchv=WDj3L9mLyG8&feature=youtu.be

 

« Vous avez quelque chose à dire,

à raconter,

à faire entendre,

à faire comprendre,

à faire savoir ?

Une déclaration d’amour, un poème ou un bon mot ?

Une réclamation, une revendication un état d’âme...

Le bureau de la parole est ici pour vous,

Pour se faire le porte-voix de votre parole,

le porte-parole de votre voix… »

Avec le bureau de la parole, la compagnie la Vache bleue se propose de renouer avec l’exercice, vieux comme le monde, de la criée publique.

Le long d’un marché, au cours d’un évènement ou d’une fête, deux ou quatre bonimenteurs publics collectent et lisent des messages écrits par les habitants, les passants ou les usagers d’un lieu. Avec humour et détachement, en se mettant au service de ce qu’auront écrit –ou dit- ceux à qui ils prêtent leur voix, les comédiens livrent des messages de toute sorte et s’en font les interprètes.

Agrémentée de bons mots, de poèmes,  de réclames pseudo-publicitaires, de potins locaux (mis en forme par l’équipe du bureau de la parole à partir des informations locales) et de démonstrations de curieuses machines et procédés brevetés par le bureau de la parole, la criée vient rythmer la présence en continu durant l’évènement du Bureau de la parole.

Le personnel du bureau de la Parole alterne en effet des criées régulières avec un collectage in situ de messages auprès du public (mais il est également possible d’imaginer en amont de l’évènement un collectage par l’organisateur avec  un système de boîte aux lettres dans un certain nombre de lieux).

En lien avec une thématique, le bureau de la parole peut également concevoir des criées plus spécifiques (criées littéraires, criées à message, criées collectives…).

 

BUREAU 2 PHOTOS

 

Le déroulé type…

Le bureau de la parole se propose, tout à la fois, de diffuser mais également de récolter les messages (même si ceux-ci peuvent également être collectés en amont de l’évènement). Durant deux heures environ, nous alternons donc les moments à la rencontre avec le public et des « mini-criées » (10 mn environ) en vue de collecter un nombre suffisant de messages pour la ou les grande(s) criée(s).

Celle(s)-ci se déroule(nt) en fin de session, après un temps indispensable de 30 mn afin de classer les messages et d’organiser le déroulé de la grande criée.

Durant 35 minutes environ, la grande criée alterne alors lectures des messages récoltés, démonstrations d’objets et inventions insolites destinées à favoriser la participation – orale – du public, bons mots, jingles sonores et tonitruants, et petits potins locaux (ré-écrits à partir d’éléments (faits divers, actualité locale…) qui nous ont été envoyés par l’organisateur quelques jours en amont de l’évènement.

Durée totale de l’intervention : 3 heures environ. 2 heures de collectage + la grande criée (35 mn environ).

Lieux d’intervention possibles : Une fête, un festival, une brocante, un marché ou un lieu de passage et de villégiature (L’organisateur doit alors faire les demandes d’autorisations nécessaires…).

Equipe : 2 comédiens. Le cas échéant et si nécessaire (pour faire face à une affluence importante ou une zone géographique étendue), l’équipe peut être etoffée jusqu’à six comédiens.

Besoins techniques : Une loge, à proximité du lieu de représentation.

Un spectacle de la cie La Vache bleue, créé avec le soutien du Château Coquelle à Dunkerque (59) pour le festival « Récits sans frontières ».

BUREAU 3 PHOTOS

Photos : Château Coquelle, Festival Récits sans frontières, Dunkerque, novembre 2016.

pbdd leruste

La petite boutique des devinettes

Entresort intime pour quelques spectateurs. Durée : 2 à 3 sessions de 50 mn. Une nouvelle séance toute les 10 mn.  

 

Tv retro ancienne perspectiveLe teaser du spectacle, c'est ici :https://vimeo.com/user37686967/boutiquedevinettes

 

« Entrez, chers clients, à la Langue au Chat… »

Un étrange et poussiéreux vendeur accueille le public dans sa minuscule boutique remplie d’objets hétéroclites, d’images jaunies et de tic-tacs entêtants. Il propose de vendre une devinette à un client choisi parmi l’assistance. Un petit morceau de mémoire sera le prix à payer…

Quant à la réponse à la devinette, elle est cachée dans la boutique !

« Si vous donnez votre langue au chat, êtes-vous sûr qu’il vous la rendra ? »

Lire la suite : A la langue au chat

parcours cont maniere site

Spectacle déambulatoire de rue / Visites guidées décalées

Tout public à partir de 10 ans. Jauge : de 30 à 70 personnes/visite. 

 

C'est parti pour une visite un peu curieuse où les repères des spectateurs vont être mis à rude épreuve...
Avec les "Parcours contés" et les "visites singulières", la Vache bleue propose une lecture décalée d'un site à coups de détournement de sens, une promenade déambulatoire ponctuée d'histoires locales peu orthodoxes et revisitées…

C'est une histoire qui s'écrit avec un grand H. Celle que raconte, à peine détournée, ou si peu, les guides du Service local historique de proximité. C'est aussi une histoire, ou plutôt un ensemble de petites histoires, des vraies, des à moitié vraies, des presque vraies comme savent les raconter les conteurs.

C'est une visite guidée qui s'enracine dans le réél, dans le visible, s'accroche et prend appui sur les traces du passé, pour emmener le public ailleurs, dans une Histoire revue et décalée, détournée et pourtant très proche, finalement, de la vraie…

3 photos Parcours cont

 Photos Mathias Vouzelaud, Saint Martin en Ré, Mai 2019.

Lire la suite : Parcours contés et visites singulières

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus