ETI BANNIERE 2

  Polar dans la ville pour cinq comédiens et deux musiciens.

CREATION 2020-2021.  Périple dans la ville pour 200 spectateurs. Durée 1 heure. 

 

en territoire inconnu a

Ce serait une visite de la ville pas comme les autres.

Comme si vous ne la connaissiez pas.

Comme une sorte de terre inconnue, à découvrir. A redécouvrir.

Une errance urbaine, une promenade guidée à la découverte d’une ville étrangère, tout à tour mystérieuse, sensuelle, triste ou inquiétante.

Une visite parsemée de signes, de moments insolites, de poésie urbaine, avec des personnages décalés dans un décor qui est le votre…

Celui de la ville dont on découvrirait enfin révélés les sous-titres silencieux et des détails rendus jusqu’alors insoupçonnables parce que presqu’invisibles à l’œil nu.

Une ville qui dévoile des rites secrets, des processions inavouables, des moments mystérieux…

 

« D’abord vous dire tout notre plaisir, celui de l’équipe de l’Office de tourisme qui vous accueille aujourd’hui pour une visite particulièrement hors-norme...

Et ceci près de chez vous !

Dans votre ville, dans votre quartier, dans votre rue, tellement banale tellement monotone, tellement morne, tellement triste.

Tous les matins, tous les soirs vous passez ici, vous passez, vous repassez, tous les matins tous les soirs, il se passe et se repasse exactement la même chose.

Tout est écrit, et tout se passe comme si tout avait été écrit…

Invariablement, la même réalité terne et monotone…

Alors ce soir, on efface tout ça, et on change tout ! »

 Extrait de "En territoire inconnu"

 

LES TROIS GUIDES

 L’HISTOIRE.

 

Pour l’Office de tourisme municipal, cette année est à placer sous le signe de l’innovation… Afin d’attirer un public toujours plus nombreux et friand d’histoires pittoresques, le service a délégué ses meilleurs éléments, ses guides les plus sympathiques et les plus brillants pour imaginer dans la ville trois circuits différents sur les traces véridiques, forcément véridiques de trois histoires distinctes de personnages ayant manifestement existé…

Il y a le circuit « Mystères de la Ville », sur les traces de la ville mystérieuse, il y a « Romance et Passion » pour les amateurs d’histoires sentimentales, et le circuit «Suspens et tragédie», récit d’un tragique fait divers...

Trois circuits différents, trois histoires différentes dans la même ville qui ne doivent normalement pas se croiser, distincts les uns des autres, avec chacun leurs témoins surprises, leur déroulements propres.

Et pourtant, au fil de chaque visite, des indices, des signes se dévoilent et nous donnent à comprendre un seul et grand récit qui se dévoile, avec trois manières différentes de l’appréhender, trois points de vue différents, avant les retrouvailles des trois groupes et le grand dénouement : une sorte de puzzle, qui se mettrait en place, avec le concours des spectateurs…

 

 

LE RECIT.

eti PHOTO SIMPLE

Il prend pour sujet un fait divers qui se serait passé sur les lieux-mêmes des circuits de visite, une quarantaine d’année plus tôt, à la fin des années 70. Un fait divers, décortiqué selon trois angles de vue différents, avec des protagonistes différents (et qui ont tous joué un rôle dans le déroulement de celui-ci) dont la propre histoire est ici racontée et prend appui sur le décor urbain. Tantôt drôle, inquiétant ou absurde, chaque histoire participe à la construction d’une intrigue qui emprunte aux codes du polar, du fantastique ou d’une écriture dans le style de la littérature à l’eau de rose.

Mais au fur et à mesure du spectacle, l’intrigue se densifie et se nourrit des histoires des autres circuits de visite, comme une succession de concours de circonstances jusqu’au dénouement explosif du récit.

C’est aussi, en trame de fond, toute une époque révolue qui est évoquée : la fin des années 70, la société de consommation triomphante, les prémisses de la crise à venir, un certain enthousiasme naïf et l’ambiance des films noirs de l’époque…

 

Avec «En territoire inconnu», nous poursuivons notre travail sur la ville, sur le décor urbain, mis au service d’histoires singulières. Pour cela, c’est l’environnement urbain qui devient la trace, le signe, le décor, la preuve tangible du récit qui est en cours. Et chaque parcours décline une lecture différente de la ville.

Chaque groupe, après un point de rendez-vous commun, au cours duquel les groupes de spectateurs sont arbitrairement formés suivant un rituel lui aussi complètement arbitraire, se sépare pour partir sur les traces de leur histoire.  Dés lors les groupes vont se croiser, avoir l’occasion à plusieurs reprises de se jauger, de se juger et prendre aussi leur part dans l’histoire en cours.

Complexifiant encore les circuits de visite, deux personnages, en apparence extérieurs au spectacle viennent densifier la dramaturgie en apportant leur point de vue. Peu à peu, les spectateurs comprennent qu’ils sont des acteurs eux-mêmes de l’histoire - comme des fantômes de l’histoire qui leur est racontée - qui viennent s’immiscer dans les circuits de visite.

Deux musiciens interviennent également et successivement dans chacune des histoires… Ponctuant l’intrigue, participant à la construction d’ambiances sonores et musicales, ils contribuent à part entière à donner une couleur très particulière au récit en cours et notamment pour la scène finale ou les trois groupes se rejoignent de se retrouver. La création musicale du spectacle est très inspirée par la musique de la fin des années 70.

Notre ambition sur ce spectacle est double : provoquer un regard différent sur la ville et organiser des circulations aléatoires de groupe, des errances collectives dans la ville. En ce sens le spectacle le spectacle est aussi une redécouverte de la ville, naviguant entre humour et poésie, entre le rêve et l’absurde…

 

2 PHOTOS ETI copier 

Mise en œuvre :

Idéalement, le spectacle se joue en soirée, ou à la nuit tombante.

Il nécessite un décor plutôt urbain, en tout cas quelques rues avec des habitations.

Chaque circuit de visite évolue en empruntant des trajets différents. Les trois groupes déambulent durant cinquante minutes environ.

Les trois groupes se retrouvent sur une petite place (où peuvent prendre place 250 personnes environ). Sur cette place, nécessité d’un branchement électrique pour la musique (branchement de type classique).

Chaque représentation dans un nouveau lieu nécessite une réécriture partielle, même si la structure du spectacle reste la même.

En territoire inconnu.

Avec Florence Bisiaux, Marie-Pierre Feringue, Marie Prete, Loran Casalta, Guillaume Leclercq, Nicolas Madrecki et Laurent Mollat. Création musicale : Guillaume Leclercq et Laurent Mollat. Texte et mise en scène : Jean-Christophe Viseux. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus